Billet direct pour Conscience land

Le Coronavirus Covid 19 serait porteur de « leçons virales ». Un apprentissage fondamental pour l’espèce humaine? C’est bien ce qu’on entend dire, à propos de son passage.

 

 

La leçon « élévation de la conscience » ?

 

 

Certains d’entre nous ne comprendront pas cette leçon. Changer ses habitudes ou évoluer, tout simplement, est une loi certes universelle, incontournable, mais pas forcément une loi que nous saisissons, ou même que nous adoptons facilement.  

 

 

« On sait ce qu’on quitte, on ne saisit pas toujours ce qu’on trouvera »

 

 

S’accrocher à nos habitudes est un choix rassurant. Changer les habitudes, quand on vit une relative insécurité, ou quand on a déjà tant de mal à assumer le quotidien, c’est bien souvent un choix difficile.

 

Prendre le risque de changer, c’est accepter de voir mourir son état passé. C’est marcher en regardant vers sa finitude. Alors pour certains d’entre nous, ce principe-là est trop dur à accueillir. Certains d’entre nous n’en seront pas là, même après le confinement.

 

 

Certains d’entre nous vont prendre cette épreuve comme l’an « Un » de l’élévation de leur conscience. Après avoir gouté à nouveau la saveur d’une vie sans vitesse, un temps ou les oiseaux chantent plus fort que le stress,

 

 

« Une vie ou le temps coule à une autre vitesse »

 

 

Il est important de poser un genou à terre, s’incliner car oui, on c’était bien égaré. Mais rien n’est perdu ! Ceux-là prendront leur première leçon essentielle. Elles ou ils signaleront certainement cette prise de conscience à leurs proches. D’autres vont être surpris de les voir faire différemment. Ceux-là vont innover, se renouveler, certes les risques vont les faire basculer dans d’autres préoccupations, ce sera au profit d’une vision qui leur ressemble, leur mission, et nous les verrons chaque jour plus aguerris devant la vie. Certains d’entre nous vont ressortir vigoureux et pleins d’entrain de cet épreuve initiatique.

 

 

 

Enfin, certains d’entre nous sont confrontés à cette épreuve de la même manière qu’ils ont accueilli les épreuves du passé. « Je ne perds pas, soit je gagne, soit j’apprends ». Mandela, 27 ans de confinement, victime du virus « ségrégation », jamais en guerre, même à sa sortie de geôle. Prêt à pardonner, car

 

« ne pas pardonner, c’est boire le poison, et s’attendre à ce que l’autre tombe malade »

 

 

Ceux qui, par le passé, ont déjà pris leur billet vers l’élévation de conscience vont continuer ce chemin. Ils accorderont aux erreurs des premiers, simplement le fait que :

 

 

« Quand une personne fait un choix, elle fait le meilleur choix possible pour elle-même au moment où elle le fait » ;

 

 

Bienveillant, Ils inciteront l’initiative des seconds, en leur signalant que :

 

 

« Le chemin est tout aussi important que le but »

 

 

Et cette troisième catégorie d’individus cultivera surtout l’instant présent, le seul endroit digne d’intérêt, cet espace ou tout est possible, et où il n’existe qu’une somme d’intention, accompagné d’énergie, et d’informations.

 

Vigilant, dynamique et calme à la fois, ils n’oublieront pas que :

 

 

« Dans toute difficulté sommeille les graines de l’opportunité »

 

 

5 questions pour se relier au présent :

 

 

-          Ou suis-je ?

 

-          Qu’est-ce que je ressens ?

 

-          Que suis-je en train de penser ?

 

-          De faire ?

 

-          De percevoir ?