· 

« Je te fais mes excuses ». Ou comment pousser son coach dans ses retranchements.

En noir le coach, en rouge son confident.

 

 

- Je ne t’ai pas tout dit. Et aujourd’hui, je le regrette. La dernière fois que nous nous sommes croisés je t’ai dit « le chemin a autant d’importance que le but du voyage ». En te disant ceci, j’ai cru te dire l’essentiel. Mais je ne t'ai pas tout dit. Accepte mes excuses, et permet moi de développer.

 

Au début de notre conversation, tu m’as dit : - je veux être heureux. Tu es coach, tu vas certainement pouvoir m’aider ?

 

Je pense être l’homme de la situation. Tout ce que tu fais au niveau de ton travail, de ta famille, de tes amis ou de toi-même tu le fait en vue d’être heureux n’est-ce pas ? J’ai une autre question pour toi : que te faut-il obtenir pour être heureux ?

 

- Je veux être heureux dans mon couple, être reconnu pour mes plus belles valeurs au travail, je veux une bonne santé et aussi je veux passer de superbes vacances, je veux…

 

- Ah ! Tu sais quoi ? Moi aussi, mais tu vas rire, moi je ne veux plus tout ça !

 

- Oh !!! Pourquoi ?

 

- Bahhh ! C’est-à-dire que… tout ce que je peux obtenir, je peux le perdre un jour. Si par conséquent tout ce qu’on peut obtenir pour être heureux est susceptible de disparaître un jour, Qu’est-ce que ça t’inspire toi? Pour moi, rien de bon.

 

- Tu t’apprêtes à me suivre pour me permettre d’atteindre mes objectifs en vue d’être plus heureux, et tu me dis que ça ne vaut pas la peine de se lancer la dedans ? Tu es sur de vouloir des clients ?

 

- Attends, tu vas rire, par le passé, j’ai voulu être heureux, alors j’ai eu une belle voiture, j’étais heureux en couple, j’ai même gagné plus de 5000 € par mois sur une mission de plusieurs semaines en Amérique du Sud et tu veux que je te dise ? Après ça, j’ai voulu encore plus !

 

- Et ?

 

- Et bien j’ai compris que je n’avais pas besoin d’être ni d’obtenir quoi que ce soit pour être heureux. Le bonheur est inné. Enfant, j’étais dans un bonheur sans limite, un bâton lancé sur un fin ruisseau, et je me voyais affronter les rapides du fleuve Amazone ! J’ai juste appris en grandissant à croire que je ne pourrais plus être heureux.

 

- Attend, déjà, si le bonheur est inné, comment ma vie fait-elle pour être un tel bordel ? Bon j’exagère mais tu ne crois pas que c’est un peu facile de croire ça ?

 

- Nous pensons que le monde fonctionne d’une manière particulière. Nous sommes pétri de croyances, de schémas de pensées sur lui, mais de loin la croyance qui est la plus répandue est la suivante :

 

« Nous devons obtenir quelque chose, pour pouvoir faire quelque chose, et être quelqu’un ».

 

Si je pouvais avoir plus d’argent, Si j’étais en meilleure forme, avoir plus de temps devant moi…

 

- Je vois. Si ça arrive, alors je serais heureux !

 

- Exactement. Il y a 10 ans tu te disais : si tatata alors tatata. Est-ce que ça t’as aidé à être plus heureux, sincèrement ? Ou est-ce que tu es dans une quête sans fin du SI… Alors… ?

 

- Disons que j’ai réussi certaines choses, mais en effet, je recherche quelque chose de différent, comme de passer dans un niveau de conscience ou je puisse me satisfaire de ce que j’ai, et connaître le bonheur avec un grand « B » tu vois ?

 

- Et aujourd’hui, tu viens me voir pour reproduire la même saveur des réussites passés ? Ou tu veux le secret ultime ? Parce que pour reproduire ce que tu as déjà fait, je ne crois pas que tu aies besoin de moi non ?

 

- tu commences à m’intéresser !

 

- Le schéma si/alors est faux. Tu passes ton temps à changer de si. Tu t’en rends compte ? Si mon coach me permet d’atteindre le méga objectif, alors je serais heureux. Et après ? Faisons un exercice de visualisation :

 

Rappelle-toi ta plus belle aurore jamais observée. Le soleil, avec un tact divin, est venu baigner le monde et a réveillé la planète à travers tes yeux ébahis. Tu ne t’es pas dit « si il était plus lumineux les lumières seraient plus resplendissantes », ou que sais-je, non ? Tu étais juste en contact avec l’univers tel qu’il est, et tu l’acceptais.

 

- Oui je m’en souviens encore. Un pur moment de bonheur.

 

- Ta vie est identique à ce moment où le soleil c’est levé, mais tu le refuse. A l’opposé, tu crois qu’il faut mettre en place ce schéma et tu te dits : Il se pourrait que… alors… pour rendre la vie différente. Je vais maintenant te dire comment sortir du schéma qui te pollue la vie. Tu veux bien un résultat c’est ça ? Tu veux obtenir quelque chose à travers ton coaching, que quelque chose arrive ?

 

- Pour tout te dire, j’aimerais vraiment atteindre un résultat de haut niveau, le « Big Summit » tu vois ? Si je te prends comme coach, c’est pour aller très haut oui.

 

- Et par le passé, tu as déjà réalisé des choses, tu as maîtrisé tes actions jusqu’à un certain point, mais en vrai, avoue que des fois ça a marché, et des fois ça a complètement foiré, ou alors tu as obtenu quelque chose de complètement différent de ce que tu attendais ?

 

- oui ! À qui ça n’arrive pas ?

 

- Tu es au point A, tu veux atteindre B, voici les étapes, si tu y arrives, on ouvre le champagne, sinon tu me fais une réputation d’escroc et d’imposteur au-delà des frontières c’est bien ça ?

 

- A quelques détails prêts oui !

 

- Mais tu as déjà constaté que si tu investis dans le résultat tu prends le risque qu’il soit opposé à ce que tu attends ! Mon rôle est de te proposer une alternative, une autre prise de risque plus pertinente. Investit plutôt dans le processus. Tu sais, j’ai fait de nombreuses compétitions sportives et pourtant, mes meilleures courses, je n’avais pas envie de les gagner. J’avais simplement envie de les réaliser le plus parfaitement possible, et certaines me restent en mémoire comme un souvenir exceptionnel, pourtant je n’étais pas sur le podium. Tu vois ou je veux en venir ?

 

- Oui, si je fais du mieux que je peux, forcément le résultat sera à mon goût.

 

- Tout à fait. Avoir un objectif indique une direction, mais si tout dépend du résultat, tu fais tout dépendre de l’obtention ou non de cela, au risque de te priver des puissantes leçons qu’aurait pu t’apporter un résultat différent.

 

Focaliser sur un résultat est la recette infaillible pour échouer.

 

Alors voilà ce que nous allons faire. Nous allons investir dans le processus, dans le chemin. Dès la première étape, si tu réussis le sous objectif c’est bien, si tu échoues c’est aussi bien, car nous avons un nouveau point de départ, nous réajustons le résultat souhaité et on continue. Chaque étape va devenir une véritable opportunité, tu vas voir. Tu vas y prendre goût, tu vas apprendre que le temps est un allié, tu vas mieux te connaître, gagner en estime personnelle et très vite tu seras autonome et tu me diras "c’était vraiment génial de faire appel à tes services". Ton autonomie est mon seul but et là je saurais que j’ai fait un bon boulot.

 

- Je sens déjà que toute cette dépense d’énergie et d’épuisement à vouloir absolument un résultat disparaîtra, et que je serais satisfait quel que soit ce qui m’arrive ! La maîtrise du résultat laisse déjà de la place au détachement, et l’acceptation de ce qui est.

 

- Un magnifique levé de soleil tu viens de me décrire jeune Padawan. Et si je peux rajouter un détail qui fait toute la différence, je peux dire que ce que tu souhaites vraiment est déjà en toi. Ce que tu as à découvrir est le chemin pour y parvenir, je crois que tu es prêt pour te lancer vers ce que tu souhaites de plus grand pour toi. Je te souhaite un magnifique et grand voyage.